samedi 18 février 2012

Soyeusement, duo entre elle et lui

Que de liberté dans les mots, dans les envies exprimées, dans les désirs inavoués.

Elle et Lui, Lui et Elle, ils partageaient depuis quelques mois des moments intimes, des discussions si douces, si délicates, dans un canapé, du thé ou du champagne près d'eux. Certains soirs sans acte sexuel, mais pleins d'envies, dans un cycle mutuel de simple câlin, puis parfois l'un tentait l'autre. Rien ne permettait de dire "non" sans même avoir évoquer un "oui", ils s'harmonisaient à leur rythme, soyeusement en phase.

Il savait demandé, il savait imposé, il savait lui montrer son envie.
Elle savait l'abuser, elle savait s'imposer, elle savait s'exhiber avec ses désirs.



Certes il avait vécu, comme elle d'ailleurs, des moments érotiques, un peu plus ou un peu moins d'expérience, il respectait ses pas, suivait ses talons fins, adorait ses bottes, jouait de savoir ou d'oublier pour un éternel recommencement, une première fois. Parler parfois, juste faire l'amour aussi !

Hier soir, il l'avait ramené chez elle, là derrière la porte, il lui avait retiré son manteau, et dans un même geste il l'avait obligé à s'accroupir, devant lui, devant son sexe offert, droit de ses émotions. Elle avait non pas obéi, mais adoré ce geste, adoré ce plaisir de bouche, cette dégustation avec ses jambes ouvertes, perchée sur ses talons, en équilibre. Elle avait absorbé un bout de lui, là la jupe souple libérant ses courbes, tombant juste sur l'arrondi arrière de ses fesses, l'entre-cuisse uniquement protégée de son string de dentelle si fine, et quelques jarretelles tendues sur son derrière.


Une autre fois, elle lui avait susurré cette envie d'être à lui, sa chose, dans la tenue qu'il adorait, cette robe qui s'ouvrait par devant au gré de son exhibition, la sienne, de ses bas aperçus, par lui, par les autres. Sa féminité elle l'assumait pleinement, lui l'emmenait sur ce chemin si souvent. Elle avait ouvert sur ses seins, sur cette dentelle enveloppante. Là juste pour lui !

Elle se montrait, elle attendait ses mains, ses caresses, ses bises et son suçon derrière, dans le cou, comme un tatouage pour quelques jours. Il avait même écrit sur elle, dans le dos, des mots, et sa lingerie, des souvenirs exquis. Elle s'offrait, non elle décidait de dire encore "oui", encore "non", de lui repousser une main, de lui tirer une autre vers son shorty. Ahhh ses doigts, les émotions coulaient parfois avant son arrivée, en pensant à toutes les autres fois, ses moments pour elle, offerte mais finalement seule receveuse de son massage intime, sans ou avec sa langue. Toujours en elle.

Avec cette culotte de soie, le toucher doublé de sensations sur toute sa taille, avant de sentir son premier doigt en dessous, entre peau et lingerie. Elle se donnait, elle demandait, il lui donnait.


Avec du sauternes sucré, liquoreux ou avec des bulles de champagne, elle avait succombé à ses lèvres, lui offrant les siennes. Car le goût était un sens, un échange intellectuel, durant les repas ensemble, mais aussi une dimension érotique entre eux. Comme cette première fois, là les jambes si ouvertes, si incroyables pour elle, inimaginables même, et pourtant, elle attendait, toujours plus. Sa langue, sa vulve, cette épilation nouvelle, ce monde nouveau.  Sous sa jupe, devant lui, ne voyant rien de lui, ressentant ses jambes, ses bas nylon, ses jarretelles hyper tendues, lui, çà et là, sa langue encore, en haut et en bas, sur cette peau électrique, ce lieu de fantasme réel, sous le tissu, sous sa langue experte. 
Jamais un suçon, cette pratique exquise, bien à lui, ne l'avait fait tant vibré, quittant le réel, entrant dans une dimension imaginaire.
Jamais, toujours su son nuage, elle n'avait envisagé une langue ailleurs, plus bas, entre ses fesses, un doigt.

Les yeux fermés, encore un duo subtil, si respectueux, si émouvant, elle était là pour lui, profondément.

Avançant toujours un peu plus sur le chemin des plaisirs, découvrant des variantes, des mondes inconnus, des mondes interdits apparemment.

Avançant naturellement son bassin vers lui, encore un peu.



Savoureusement
Mr Steed






7 commentaires:

pussy a dit…

Hummmmmmmmmmmmm!!!
John me paraît bien énerver ce samedi, la soirée risque d'être prometteuse.
Une bien agréable façon de boire le champagne, c'est absolument irrésistible.
Je vous souhaite une très bonne soirée, savourez pleinement chaque moment!!!

Isa a dit…

Des mots intensément sensuels et magnifiques pour évoquer des moments ardents, passionnés entre deux êtres. Elle et Lui partagent des bulles magiques de champagne, de volupté, de désirs et d'émotions...

Des photos en phase totale avec les mots...

Vos mots toujours si magiques, Cher JohnSteed

françoisedu80 a dit…

Bonsoir John ,
Emmma se découvre ,
...Emma entrouvre , après des mots magiques , sorte de sésame ,un intense plaisir à laisser un torrent tumultueux de bulles sur les profondeurs mystérieuses,électrisantes, se cabrant au contact du froid liquide et d'une exploration minutieuse vers la nuit de ses dentelles , vers les cris qui seront étouffés ,vers le rivage brûlant sous la grande marée , vers l'ultime vague...si forte .
Torride la nuit !
Baisers voluptueux

Cassiopée a dit…

Holàlà... ça donne envie
Bisou avec la langue :-)))

Sand a dit…

Champagne !!!
Biiisous

Miss Legs a dit…

Savoureux duo... à déguster du bout des lèvres ;) !
Baisers soyeux à vous M. Steed !

François a dit…

Des touches d'érotisme disséminés ici ou là entre deux êtres, deux corps, deux esprits, dans une découverte, un apprentissage de l'autre et de ses plaisirs. La lecture est divinement troublante. Merci !
Bien à vous cher John,
François.