jeudi 15 septembre 2011

Aimer en bas nylon

Après la première fois, le monde des merveilles, celui avec toutes les vallées des délices devant eux, un monde libertin peut-être, ils avancèrent.

Ils en avaient tant parler, un peu parfois, toujours plus quand les envies irradiaient leurs pensées, ou même la ficelle de son string, à elle ou à lui. Ils avaient ri et fantasmé de tout cet univers inconnu, de toutes les frontières qui ne semblaient exister qu'ici autour d'eux, dans leur chambre à coucher, dans un monde de fidélité. Mais ils savaient qu'ils auraient encore des limites, des bordures, des grillages intérieurs à ne jamais franchir,  juste jeter un oeil curieux dehors, et découvrir encore que tous les mondes sont cloisonnés.

Elle s'était habillé de cuir et de satin, il lui avait accroché ses bas nylon. Un geste délicieux, un rite quotidien dont aucun ne se lassait.





"En matière de sexe, on n'est jamais tout à fait sûr de savoir, ni sûr de tout savoir." un philosophe gourmet ou un simple commentateur d'un blog de dentelle, ils ne l'avaient pas noté, mais ils avaient une gourmandise, une double, non une triple gourmandise. 

Celle de Monsieur, personnage curieux de la vie, gourmand de nature et de chair, un passionné de toutes les courbes autour de lui. Mais son regard s'emballait uniquement sur elle. Il fantasmait parfois à voix haute, avec des désirs lesbiens pour elle, mais il voyait aussi des doubles possibilités pour lui.

Celle de Madame, femme voluptueuse et sereine de son corps, de ses hanches qui suivaient les mouvements naturels de ses talons hauts. Elle aimait se montrer, se cacher tout autant pour laisser deviner sous des transparences, des faux-semblants. Elle avançait, elle regardait aussi dehors, autour d'elle, derrière elle, pour avaler, dévorer des yeux les mâles et parfois quelques femelles.

Celle de leur fusion et surtout de leur ébullition, qui ne souhaitait aucune limite, aucun compromis et surtout aucun préjugé, ces idées préformatées qui tiennent prisonniers les esprits. Elle avait envie autant qu'il avait fantasmé d'une autre femme. Elle aimait leurs douceurs, elle aimait ces jeux à quatre mains, face à lui, elle en petite robe noire, et bas noirs, elle, la seconde présence, en jupe nude et chemisier transparent sur des bas chairs quasi naturels. Elles avaient joué pour elles-mêmes, puis avec lui. Et suggérer un hors-limites avec un autre homme, pour les regarder. Deux duos de câlins, de saveurs différentes avant de rentrer chez soi, de s'arrêter sur la route pour faire l'amour. Juste deux animaux en fusion !





M. STEED

3 commentaires:

françoisedu80 a dit…

Bonjour John,
Se montrer oser l'au-delà de l'intimité à deux ,le privilège fusionnel du couple pour de faire désirer passionnement par d'autres mains,d'autres bouches gourmandes et avides ,sentir la pression chaude et ferme sur les baleines de la guépière et des doigts curieux sous les jarretelles, frissonner de délices sous le regard appuyé , faire grincer le nylon de ses bas en croisant haut les jambes sur le tabouret du pub ,sentir sa chaleur et soudain un baiser sur la nuque ,avant le déferlement d'éclairs et de tonnerre, emportement des sens , abandon de plaisir , jeux de mains, jeux de dentelles ,passions sur le satin des loges , soupirs chuchottements ,heures voluptueuses,le champagne pétille dans les coupes , dans les yeux .
Elle est cadeau ,elle est le parcourt du tendre sur ces autres mont de Vénus ,ces courbes qu'elle connait si bien ,si douces, si palpitantes qu'elle caresse,embrasse avec un plaisir intense ,c'est si doux ,si violent...électrisant...

Bien à vous .

Cerenella Domi a dit…

Qu'il est bon de se promener dans les allées de votre bel univers. La femme y est joliment mise à l'honneur, sensuelle, sexy, si divine, à l'image de la première photo où cette déesse en mules noires nous incite à en voir plus, à en lire davantage encore. Vos textes sont sublimes, c'est un régal de lire cette kyrielle de mots !
Merci pour tout ça !

JohnSteed a dit…

@francoise : Aimer et partager des instant sensuels et sexuels, s'exhiber, partager encore plus, des plaisirs à découvrir, à renouveler, à pimenter.

@Cerenella Domi : Merci encore, pour votre curiosité dans les textes du passé, merci si vos émotions suivent les mots et les images. Cet univers est aussi le vôtre.